mercredi 20 octobre 2010

Morning Dew - At Last



Mal Robinson (voc lead g) Don Anderson (rythm g) Don Shuford puis Blair Honeyman (bs) Don Sligar (d) + Dave Howell (keyb - audio house sessions only)


- LP : At Last (Roulette - enregistré en 67 - sorti en 69 retardé pour la pochette ? pas vraiment...) - Réed CD Cicadelic en nov 2009 - Réed vinyle de luxe 180g limited reissue sur Roulette SR420149 en 2008


Un des premier (si ce n'est le premier...) album psyché

***************

Look à la Brian Jones garanti pour le second guitariste de ce gang méconnu qui revendique pourtant aujourd'hui le titre très envié de 'Précurseur du Psyché'. Mais, ça n'a pas du tout marché.... et c'est le Floyd qui a emporté la mise dans la mémoire collective.


Formé en 66, ce band originaire du Kansas (Topeka) a quelques arguments pour lui, notamment un remarquable song-writer en la personne de Mal Robinson (toutes les compositions), de bons musiciens aussi. On retrouve les premières sessions sur la compil No-More que le label Cicadelic a sorti récemment. C'est sympa, mais de la à inventer un genre nouveau... y'a quand même un abîme.

Fred Munao, producteur pour le label underground bien connu Roulette, cherche des gens à signer et remarque le groupe en ... 69. Ils se déplacent en van, et en faisant route sur Big Apple, ils croisent le chasseur de primes musical qui fait tous les sets qui passent à sa portée. Un peu (beaucoup) à la rue, le groupe propose ses bandes démos, qui, en plus de prestations scéniques d'enfer, font hurler le Roulette guy. Certes, le son est pourri, mais après 3 jours de studio à New York où l'on réenregistre tout avec un nouveau bassiste et l'adjonction d'un clavier, ça tient la route... Oh la vache.... vous aimez le third Love ? Forever Changes ? Alors, ce disque est pour vous..... je me demande, même si ... (sur le titre '1849' par exemple)... ça ne passe pas légèrement par dessus. Quel album ! Ca attaque très fort avec 2 sommets : Gypsy et surtout Then Came the Light. On retrouve le son de l'époque retravaillé avec des moments ultra déjante, c'est du Psyché, c'est certain. Ensuite, la seconde face, ça se calme en peu avec des titres plus mélodiques, censés probablement rassurer l'auditeur ... en effet, le disque, très novateur, constituait un gros risque.... quand au bouquet final (les sessions de 70 - non présentes sur la réédition Roulette), c'est extraordinaire.      







Le plus drôle, c'est que cette fameuse pochette n'est pas une idée du groupe, mais des dingos de chez Roulette (sous acid quasiment en permanence)... Evidement en pleine guerre du Vietnam.... ce couple heureux, sorti d'improbables brumes paradisiaques, ça passe pour de la provoc ultime.... alors que la distribution fut, on va être gentil, plus que chaotique.... Qu'à cela ne tienne, alors que le disque est un gouffre financier, Roulette renouvelle son contrat pour un second album... que le groupe enregistrera, mais que le label n'honorera pas. Ecoeuré, Mal Robinson et sa troupe jettent l'éponge début 71.

Un mot la dessus : Formidable !



Le Psyché : au début, une notion un peu floue...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire