samedi 14 mai 2011

London '77 - An ordinary afternoon chronicle






Claire5







It always starts the same way : on saturday or weekday, it's the same . Ha no, a precision: on weekends, it's often worse ... the sparrows are more scattered ... Well, let's go, let’s go now
...

But no, we can not, Tim is missing. Tim or not, here we go ... Otherwise ... Otherwise what? We have appointment at the Windmill, he knows it. No matter, he’s already there. Okay, so this time, "let’s go" ... ok .. let’s go ....

Oh, I would like to be able to drive... that's true, I would feel above. But hey, I'm already very happy to be there. Tonight Adverts is here, Rodgert likes them because in the Adverts, there is Gaye. Everyone loves Bored Teenagers ... The Sniffin 'Glue opened the gig, but we don't find it anymore. Rodgert makes a point of honour to be in front us with his car. He’s so slow, that annoys/irritates Beth at the highest point. She's a fast girl, and she is afraid to miss a trick all day long. I need to write that things are happening all the time. Beth is not the kind of dusted chick we see nowadays. Complacency wah wah wah etc... she doesn't care. What she needs is action. She's a real punk rocker. We find her friends of the moment, That often changes.

I live in two different worlds that never intersect: the school one and a more popular (let's call it like that), Raleigh. I can not part with it ... Sure, I could, but I don't want. I must rush myself. In the conversations, the punk words are absolutely filled of common-places, if not stupidity. The only thing that Sid can do is to show himself. On the drums, with Siouxsie, it was zero. And that, I said, Beth replies. "Stop it, he is a super sexy this guy", she can not say anything else anyway. Tim doesn’t care 'cause he is drooling on everything that moves, as long as it wears a dress and it does not belong to the church. And now, and now nothing moves ... In fact the more close it gets, the less it moves.
We are "Lamentable", and that's really good. Sometimes people say that's we are "Grotesque", and that's even better.


Beth had pounded. The seat tilted, she had sneaked to the back, it's like this every time, do not worry. Parking in London since the accident, she no longer wants, now it's Steven who does it... Steven, he tries to learn the drums and he never says anything. He is like that. For once, both cars are not very far from each other. Of course, we do not care where we are. We always find our way....

The most important thing is to be able save ourselves. The clothes, we don't care, tartan pants are probably here, I don't want to say more about this (I don't like the buffoon state), otherwise the Doc Martens, that, that counts. If it's a little violent, it's no worse. I love destructive and nihilistic situations. This really puts the board. The punks don’t speak much, and anyway when they speak, it's just to say some bullshits. Things like "my truck is like my breakdown brain" which is of no interest, in downtown London, in mid-afternoon, a saturday, to say. But we like it.



Beth77 V4




Ca commence toujours de la même façon de toute façon : le samedi ou un jour de semaine, c'est quasiment du kif. Ha non, une précision : le week-end, souvent, c'est pire... les moineaux sont encore plus éparpillés... Bon, on y va là, on y va quoi...

Mais non, on ne peut pas, il manque Tim. Tim ou pas, on y va... sinon... Sinon quoi ? On se retrouve toujours au Wind il le sait. Ca ne loupe pas, il est déjà sur place. Bon, alors, cette fois, "on y va"... ok.. c'est parti....



Qu'est ce que j'aimerais savoir conduire... c'est vrai, j'aurais l'impression de dominer. Mais bon, j'suis déjà bien content d'être là. Ce soir y'a Adverts, Rodgert il aime bien parce que dans Adverts, il y a Gaye. Tout le monde aime bien Bored Teenagers...Le Sniffin' Glue annonçait le truc, mais on ne le retrouve plus. Rodgert met un point d'honneur à être devant. Ce qu'il peut être lambin, ça, ça enerve Beth au plus haut point. Elle est super speed, et à chaque fois, elle a peur de louper un truc. Il faut dire que des 'trucs', il y en a tout le temps. Beth c'est pas le genre de gonzesse saupoudrée comme on voit maintenant. La complaisance et les ouin ouin ouin, elle en a rien à foutre. Ce qu'il lui faut c'est de l'action. C'est une vraie punkette. On retrouve ses copines du moment, elle en change souvent.

Je vis dans deux mondes qui ne se croisent jamais : celui de l'école et celui, plus populaire (appelons ça comme ça), de Raleigh. Je ne peux pas m'en séparer... je pourrais, mais je ne peux pas. Il faut que je déboule. Ce qui est lassant, c'est la banalité, pour ne pas dire la stupidité, des conversations. La seule chose que sait faire Sid, c'est se montrer. A la batterie, avec Siouxsie, il était nul. Et ça, je l'ai dit. "Arrêtes, il est canon comme type", elle ne sait dire que ça de toute façon. Tim, tout ça, c'est comme si cela n'existait pas; il est derrière en train de baver sur tout ce qui bouge, du moment que ça porte une robe et que ça n'est pas curé. Et ça n'avance pas... En fait plus ça se rapproche, et moins ça avance.
On est lamentables, et ça c'est vraiment bien. Parfois, des gens disent qu'on est grotesques, et alors là, c'est l'honneur.

Beth a pilé. Le siège basculé, elle s'est faufilée à l'arrière, c'est comme ça à chaque fois, faut pas s'inquiéter. Les créneaux dans Londres, depuis l'accident, elle ne veut plus, alors c'est Steven qui les fait. Steven, il tente d'apprendre la batterie et il ne dit jamais rien. Il est ainsi. Tiens, pour une fois, les deux voitures ne sont pas très loin l'une de l'autre. Bien sûr, personne ne repère où l'on est. On se retrouve toujours....

Le plus important, c'est pouvoir se barrer. Les fringues on s'en fiche, les pantalons écossais y'en a peut être j'dis pas, par contre les Docs, ça, ça compte. Si c'est un peu violent, c'est pas plus mal. J'adore les propos destructeurs et nihilistes. Ca pose complètement le tableau. Les punks parlent peu, et de toute façon quand ils s'expriment, c'est pour dire des conneries. De trucs du genre "mon camion est en panne", ce qui ne sert absolument à rien, en plein Londres, au milieu de l'après-midi, un samedi, de dire ça. Mais on aime bien.


Gaye



At the Stranglers, the last time, there was a guy, a too much poseur style,
so I pulled. Now he wears a very short haircut. He had not done anything, but when it's free, it's even better. Finally, when I say he had done nothing, it's not quite true: it's the kind of guy which always brings a point of view about music, and of other stuff too ... but he is nice at times, at times only. Bethsie enervates myself 'cause she systematically adds some vodka in her Coca, I do not drink alcohol. Ha, they come, other guys and musicians, this set is indoors because it's too cold. I go get some fresh air with Tim 5 minutes in the street, too much smokes for me, but don't worry, our sits are kept, of course! A foreigner in this place, they love it, it makes them proud. Rodgert eclipsed with a friend I don't know where, I wanted him spinning £1.20 for entry at the Marquee, and as usual, he screwed up the camp ....

It's really not far away ... there, we do not touch, we do not approach, except for saucers in our eyes ... it's Gaye in person ... She comes for see ... a nice word for everyone as always. Bethsie is not concerned, 'cause she's a hit too, so .... The group did a lot of noise, but no more. I need air, I thought I recognized people from Eater, finally no, I was wrong, but it gave me an excellent pretext, she did not look away, I'm alone for one hour at least. Back around 8pm, I'll come in the queue in front of the entrance along the sidewalk, I do not like to queue ... Some guys will possibly scream, but, at this time, we will probably be over 30 people ...

What matters is to drop complacency, and some Bethsie and her court's ramblings ...... each his own after all. I need to go to Power Exchange rec. label on New Bond Street. Last time, I figured planted as a big pig, I figured pointed at Weling Record. Sure, they had also the single (Saints) I was looking for, but I didn't took it. I need a neat purchase in the original place, it’s like that. The street is huge, but I search. I asked my way in French, it intrigues pedestrians, they understand my pain. It’s absolutely easy : you go away the Oxford street, you descend it on at least 500 yards you cross over in front of the one Hundred that is on your right ... ok? Then you target the first left just after the Hanover Square, or, if you know a little, you cross the Hanover Square. It is not always very very well attended , but it is not too late either.

"Where are you going ?"... She's there, with another girl. "I'm gonna at Power Exchange, I do not need you, the scrolling in the trays I know that you get sick, anyway, I can’t take too much SPs, 'cause for this evening. Or, you keep them during the pogo. Of course, she agrees.



Pogo



Aux Stranglers, la dernière fois, y'a un type, j'lui ai tellement tiré les cheveux qu'il se les est coupé. Il ne m'avait rien fait, mais quand c'est gratuit, c'est encore meilleur. Enfin, quand j'dis qu'il ne m'avait rien fait, ce n'est pas tout à fait exact : c'est le genre de gars qu'il faut toujours qu'il la ramène question zik, et sur d'autres trucs aussi... mais il est sympa par moments, par moments seulement. Bethsie me saoule à systématiquement arroser son Coca de vodka, je ne bois pas d'alcool. Ha, ça arrive, d'autres types et des musiciens, ça branche, c'est en intérieur parce que ça caille. Je file m'aérer avec Tim 5 minutes dans la rue, ça fume trop, mais faut pas s'inquiéter, nos places sont gardées, sûr! A foreigner in this place, ils adorent ça, ça les rend fier, les autres n'ont pas ça. Rodgert est parti avec un de ses pôtes on ne sait où, j'ai voulu lui filer £1.20 pour l'entrée du Marquee, et comme d'habitude, il a foutu l'camp....


On n'est vraiment pas loin... elle passe.... là, on ne touche pas, on ne s'approche pas, sauf des yeux en soucoupes bien sûr... c'est Gaye en personne... Elle vient voir... un mot sympa pour chacun comme toujours. Bethsie s'en fout que ce soit elle que tout le monde mate, elle cartonne aussi, alors.... Le groupe fait beaucoup de bruit, mais ça s'arrête là. J'ai besoin d'air, j'ai cru reconnaître les gens de Eater, finalement non, j'ai du me gourrer, mais cela m'a fourni un excellent prétexte, elle n'a rien vu, me voilà seul pour au moins une heure. Ca s'inquiétera même pas, vers 8pm, je les retrouverai dans la queue de l'entrée, le long du trottoir, je n'aime pas faire la queue... Des types vont peut-être hurler, mais on sera au moins 30 à ce moment là...



Ce qui compte, c'est de virer la complaisance, et les radotages de patronage de Bethsie et de sa cour... chacun la sienne après tout. Faut qu'j'aille chez Power Exchange sur New Bond Street. La dernière fois, j'me suis planté comme un gros nul, j'me suis pointé chez Weling Record. Y'avait aussi le single (des Saints) que je cherchais, mais j'l'ai pas pris. Il me faut celui direct du label, c'est comme ça. Le boulevard est immense, mais j'trouve toujours. Je demande ma route en français, ça intrigue les gens, ils comprennent ma misère. C'est hyper fastoche : tu prends la Oxford street, tu la descends sur au moins 500 mètres en passant devant de 1 Hundred qu'est sur ta droite... ok ? Ensuite, tu vises la première à gauche juste après le Hanover Square, ou, si tu connais un peu, tu traverses le Hanover Square. Il n'est pas toujours super bien bien fréquenté, mais on n'est pas tard non plus.





"Où est-ce que tu vas ?"... là v'la, avec une autre nénette en plus. "J'vais chez Power Exchange, j'ai pas besoin de toi, le défilé dans les bacs, ça te saoule, de toute façon, j'peux pas prendre grand chose, pour ce soir, ou alors tu les tiens pendant le pogo'. Evidement, elle est d'accord.

77




So, there's nothing more to ask anyone. Bethsie grabs my hand and I want to take the one of Deborah. She's not too bad after all. But it does not last, we met Tom. What do you mean? Bah, there's no presentation to make, there is nothing to do, we wait tonight, he scamper away quickly, boredom as always. This appearance of Tom suits me well, he will retrieve the vinyls and I'm free like the bird. I hate overloading. Deborah has broke half a fingernail, but it's okay, we happens anyway. It spits, it screams, there's a lot of people and not a lot of money, just passing time, I suppose. The store is sweating. They debate about the set of the evening. The past does not exist, let alone the future. Wayne is mad, but I've seen him, at the Vortex, with Killjoys before, so I like it. Except its covers, of course, I don't like the second-hand. As I expected, Bethsie bored, so we go out, at the end I did not buy anything, I know I will get back within in the week. If there is one record for the school, there will be one for me.




Du coup, y'a plus rien à demander à personne. Bethsie m'attrape la main et j'en profite pour attraper celle de Deborah. Elle est pas mal aussi après tout. Mais ça ne dure pas, on a croisé Tom. Qu'est ce tu fais par là ? Bah, y'a pas de présentation à faire, puisqu'il n'y a rien à faire, la glande, attendre ce soir, que ça commence en retard, comme à chaque fois. Le coup de Tom m'arrange en fait, il va récupérer les vinyles et je serai libre comme l'air. Je déteste la surcharge. Deborah s'est à moitié pété un ongle, mais c'est pas grave, on arrive de toute façon. Ca crache, ça hurle, y'a du peuple et pas trop d'argent, seulement du temps, je crois. Le magasin est en sueur. Ca discute du set du soir. Le passé n'existe pas, le futur encore moins. Wayne il est taré, mais je l'ai déjà vu, au Vortex, avec Killjoys avant, alors j'aime bien. Sauf la reprise sur son disque, bien sûr, je n'aime pas les reprises. Comme je l'avais prévu, Bethsie s'ennuie, alors, on sort, finalement je n'ai rien acheté, je sais que je vais revenir dans la semaine de toute façon. S'il y en a un pour l'école, y'en aura un pour moi.






No Lointain







NO LOINTAIN











It starts. I have no leather jackets. Bethsie has one. I wore a black suit with with vertical stripes. The queue was fast and there's beer. There's always beer. In the beginning the audience is not like a compact group, anyway the hardware is already installed, I am introduced to one or two, they have bands. I printed and then I forget. A month later, I see their faces in the NME ... ha yeah, yeah ... TV makes an appearance, kneels on the edge of the stage, a demand to a roadie, anyway they are good, this is not the case for all, the song I prefer is Quickstep.


The sound at the Roxy is rotten, and like Poly stated "is a bit dangerous. " I do not know how she feels that, and it did not matter 'cause Lauris Driver began the beat. Everyone has agglutinated. One Chord Wonder .... Yeah TV! The empty brain, sweat and blows rain down, happiness crushed in front of the stage, she is on the left. She knows that everyone looks at her, a guy with a huge camera too, it's a big punk show. The crowd makes me go back, I lost Bethsie, the others too. I'm not crazy, I have no watch don't want to be torn, the time is running at full speed, one knows all the lyrics of the songs. Them, they have a guitarist, Lauris hurts, Howard appears to me almost melodic, except when he product screams from his guitar. A guy talks to me, impossible to understand, then tried his luck with someone else. Sometimes, it is recovering, almost calm in comparison of the moments of madness that accumulate by incessant waves. Gaye, this girl must be shy, well, I think so. A guy takes downright beastly attitudes, he's been great, he dropped the jacket and shouting lyrics of Gary, he jumps vertically, very high,we part of him and allowed to do because he is beautiful.

Bethsie find myself in a breath and slips me,'It's great! Gotcha Times indeed ?'. Rather! Gaye, unmoved, always impresses me. One day, I’ll ask her how she did (note: now I can!). Wharfff, is already finished, do not be impatient, there is Wayne within quarter of an hour, a new happiness of the moment. No question asked, it was just an afternoon like another, tomorrow is another set, another madness of the day.


Gaye2


Ca commence. J'ai pas de cuir. Bethsie si, elle me le prête. J'ai une veste de costume noire usée à fines rayures verticales. La queue a été rapide et y'a de la bière. Y'a tout le temps de la bière. Ca ne se regroupe pas tout de suite, de toute façon le matériel est déjà installé, on me présente à un ou deux, ils ont des groupes. Je percute et puis j'oublie. Un mois après, j'vois leurs tronches dans le NME... ha ouais, ouais... TV fait une apparition, s'agenouille sur le rebord de la scène, demande un truc à un roadie, eux c'est des bons de toute façon, celle que je préfère c'est Quickstep.


Au Roxy le son est pourri, et comme dit Poly : "c'est un peu dangereux". Je ne sais pas où elle est allée chercher ça, et ça n'a aucune importance car Lauris Driver a fait le roulement. Ca s'est amassé d'un bloc. One Chord Wonder.... Yeah TV !!! Le cerveau vide, la sueur et les coups pleuvent, le Bonheur écrasé devant la scène, elle est à gauche. Elle sait que tout le monde la regarde, un type avec une énorme caméra aussi, c'est un gros truc. J'me retourne, j'ai perdu Bethsie, les autres aussi. J'suis pas cinglé, j'ai pas de montre, j'tiens pas à être déchiré, le temps file à toute allure, on connait tous les titres. Eux, ils ont un guitariste, Lauris cogne, Howard m'apparaît presque mélodique, sauf quand il la fait strier. Un type me parle, j'comprends rien, alors il tente sa chance sur quelqu'un d'autre. Ca se reprend, presque calme en comparaison des instants de folie qui s'accumulent par vagues incessantes. Gaye, cette fille doit être une timide, enfin moi, j'vois ça comme ça. Un mec prend des attitudes carrément bestiales, ça fait génial, il a tombé la veste et en vociférant les paroles de Gary, il saute vertical, très haut, ça s'écarte parce que c'est beau.

Bethsie me retrouve et dans un souffle me glisse 'c'est bien hein ?'. Plutôt! Gaye, toujours impassible m'impressionne. Faudrait que je lui demande un jour comment elle fait (NDLR : aujourd'hui, je peux!). Wharfff, c'est déjà fini, mais ce n'est pas grave, y'a Wayne dans un quart d'heure, un nouveau bonheur de l'instant, et des après midi comme ça, pour nous c'est tous les jours, sans se poser de questions... normal quoi.



Pauline









Copyright L'Illustration Musicale - Mai 2011

Aucun commentaire:

Publier un commentaire